Le génocide effacé, 9 décembre 2010 – 6 février 2011

Plus de détails sur l’ensemble de manifestations “Cambodge, le génocide effacé”, organisé par l’Université Paris 8 et le Forum des Images.

« Alors que les procès de Phnom Penh rappellent au monde entier l’ampleur des crimes commis au Cambodge et l’impunité dont ont bénéficié leurs responsables, il nous a paru nécessaire d’organiser un certain nombre de manifestations culturelles et scientifiques afin de faire mieux connaître le génocide le plus ignoré du XXe siècle et l’importance historique des procès en cours.

Sous le double parrainage de l’écrivaine Hélène Cixous et du peintre Vann Nath, l’Université Paris 8 et le Forum des images (Halles) se sont associés pour organiser, en décembre 2010 et en janvier 2011, un ensemble de six manifestations sur le génocide cambodgien, regroupées en deux temps correspondant à deux espaces et deux publics distincts. »

A l’Université Paris 8 (Saint-Denis), un colloque international :

  • Jeudi 9 décembre 2010 : Ouverture du colloque. Interventions de Hélène Cixous (Paris 8), Ashley Thompson (Leeds U.), James Burmet (journaliste), Christian Delage (Paris 8), Serge Viallet (INA), Emmanuel Alloa (Université de Bâle). Projection du film S21 de Rithy Panh.
  • Vendredi 10 décembre, matin : Les mécanismes du génocide, avec Richard Rechtman (EHESS), Catherine Coquio (Paris 8), Bernard Bruneteau (Rennes I), Alex Hinton (Rutgers U.), Pierre Bayard (Paris 8).
  • Vendredi 10 décembre, après-midi : L’art contre l’effacement, avec Claire Fagnart (Paris 8), Soko Phay-Vakalis (Paris 8), Emmanuel Alloa (Université de Bâle), Suppya Bru-Nut (INALCO), Ashley Thompson (Université de Leeds). Suivi d’une table ronde, puis d’une lecture de la pièce Cambodge, me voici de Jean-Baptiste Phou.
  • Samedi 11 décembre, matin : Le génocide et ses effets, avec Michel Antelme (INALCO), James Burnet (journaliste), Louis Arsac (ancien attaché de coopération au Cambodge), Davith Bolin (UQAM), Ariane Mathieu (Université Concordia), Richard Rechtman (EHESS).
  • Samedi 12 décembre, après-midi : Le génocide devant la justice, avec Catherine Coquio (Paris 8), Anne-Laure Porée (journaliste), Raoul Marc Jennar (essayiste), Françoise Sironi (Paris 8), Patrick Baudouin (Président de la FIDH). Suivi d’une table ronde.

Tous les détails du colloque sont disponibles dans le document ci-joint (format .pdf).

Deux autres manifestations parallèles auront lieu du 9 décembre 2010 au 15 janvier 2011 dans le hall d’exposition de l’université Paris 8 :

  • Une exposition d’oeuvres de Vann Nath et Séra, et de jeunes artistes ayant travaillés sous leur direction au Cambodge. L’exposition sera clôturée le 15 janvier en présence de Vann Nath, venu spécialement du Cambodge.
  • Des projections gratuites de films de Rithy Panh (Site 2, La terre des âmes errantes, S21, la machine de mort Khmer Rouge et Le papier ne peut pas envelopper la braise) ainsi que Kampuchéa Chroniques rouge-amer (2000) de Bruno Carette, Un Islam insolite (2006) d’Agnès Defeo, L’Absence (2008) de Mathieu Pheng, About my father (2009) de Guillaume Suon Petit, Cambodge 80 projection (2009) de Lucas Vernier, L’important, c’est de rester vivant (2009) de Roshane Saidnattar, Les Egarés (2010) de Christine Bouteiller et Le Veilleur (portrait de Séra) (2010) de Céline Dréan.

Dans le cadre du festival « Un état du monde et du cinéma », le Forum des Images (aux Halles à Paris) proposera également :

  • Du 28 janvier au 6 février 2011, une programmation filmique nommée Cambodge, les oubliés de l’histoire, avec des œuvres de Rithy Panh, Serge Viallet et Nicolas Victorovic, reliées par le thème des laissés-pour-compte.
  • Une exposition – « Cambodge, l’œuvre-mémoire de Séra et Vann Nath » –, centrée sur ces deux artistes. Cette exposition sera inaugurée en leur présence.
  • Une table-ronde« Cambodge, l’image contre l’effacement » –, qui s’inscrira dans la continuité du colloque de Paris 8, avec la participation d’Hélène Cixous, de Rithy Panh, de Vann Nath, de Soko Phay-Vakalis et de Pierre Bayard (modérateurs).
  • Enfin, d’autres films seront en accès libre dans la salle des collections pendant trois semaines (programme susceptible d’être modifié) : Kampuchea : death and rebirth (1980), de Walter Heynowsky et Gerhard Scheumann,  Les gens d’Angkor (2003), de Rithy Panh, Les artistes du Théâtre brûlé (2005), de Rithy Panh, Un Islam insolite (2006), d’Agnès Defeo, Au pays des danseuses de pierre (2006), de Philippe Gasnier, About my father (2009), de Guillaume Suon Petit, Cambodge 80 projection (2009), de Lucas Vernier, L’important, c’est de rester vivant (2009), de Roshane Saidnattar, Les Egarés (2010), de Christine Bouteiller et Le Veilleur (portrait de Séra) (2010), de Céline Dréan.

Tous les détails des manifestations annexes sont disponibles dans le fichier joint (format .pdf).