Publié le

Une année riche en cinéma

White Building

Le 22 décembre 2021 est sorti au cinéma dans toute la France le film White Building. Il s’agit du premier long métrage de fiction du jeune réalisateur cambodgien Kavich Neang.

Kavich Neang est originaire de Phnom Penh. Il commence sa formation dans le cinéma auprès de Rithy Panh. En 2011, il réalise son premier court-métrage documentaire intitulé A Scale Boy. En 2013, il entre à la Busan Asian Film Academy puis fonde avec Davy Chou et Steve Chen la société de production de films cambodgienne Anti-Archive en 2014. Il est principalement connu pour son documentaire Last Night I Saw You Smiling qui a remporté de nombreux prix en 2019.

White Building est un film construit en trois chapitres qui viennent structurer l’intrigue. Il suit l’histoire de Samnang, un jeune homme cambodgien qui vit avec sa famille dans le White Building à Phnom Penh. Avec ses deux amis Tol et Ah Kha, il aspire à devenir une star de dans Hip-Hop. Sa vie, au départ plutôt insouciante, bascule en même temps que sa famille se voit contrainte à quitter le White Building. On peut saluer le film pour sa grande qualité photographique et la beauté de ses couleurs mais aussi pour son ton qui mélange habillement sérieux et humour.

L’intrigue tourne autour du White Building, immeuble iconique de Phnom Penh. Conçu par Lu Bun Hap et Vladimir Bodiansky sous la surveillance de l’architecte d’État cambodgien Vann Molyvann, il est inauguré en 1963. Il doit alors loger les fonctionnaires du ministère de la Culture. Il est vidé une première fois de ses habitants le 17 avril 1975 lors de l’évacuation de Phnom Penh par les Khmers Rouges puis est réinvesti dans les années 80, principalement par des artistes et des fonctionnaires. Il devient alors le lieu de vie d’une grande communauté d’artistes et ainsi un haut lieu de vie culturelle. En mai 2017, le gouvernement cambodgien, dont la politique est de moderniser la ville et de reloger les gens dans des logements plus décents, annonce aux habitants que l’immeuble, qui menace de tomber en ruines, est racheté par une entreprise japonaise. 493 familles doivent partir. Elles sont forcées à déménager en échange d’une compensation dérisoire. Malgré l’opposition d’une partie des habitants, les appartements finissent par être condamnés et l’immeuble rasé.

White Building a été présenté à la Mostra de Venise 2021 dans la section Orizzonti (Horizons). L’acteur Piset Chhun qui interprète le rôle principal de Samnang y a remporté le prix Orizzonti du meilleur acteur.

Les membres de l’association ont eu l’honneur d’être invités par les Films du Losange à assister à la projection de presse du film puis à l’avant-première en présence du réalisateur.

Voici la bande annonce.


Irradiés

Le mercredi 26 janvier 2022 est sorti au cinéma en France Irradiés, le dernier film de Rithy Panh. Il s’agit d’un film documentaire réalisé en 2020. Il a reçu la même année le Prix de la Berlinale du meilleur documentaire.

Rithy Panh, né en 1964, est certainement le cinéaste cambodgien le plus connu de cette génération post Khmers Rouges. Il a à son actif plusieurs dizaines de films, documentaires et courts-métrages et a également produit de nombreux films. Il a onze ans lorsque les Khmers Rouges prennent le Cambodge. C’est cette expérience et la volonté de témoigner qui le poussent à devenir cinéaste. Il consacre une grande partie de ses œuvres à cette tragédie dans un devoir de mémoire.

Irradiés part des témoignages des hibakusha, japonais victimes des bombes atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki en 1945, et du vécu du réalisateur avec les Khmers Rouges (1975-1979) pour interroger sur les conséquences des différentes guerres du siècle dernier sur la vie et l’être des survivants et leur descendance mais aussi sur la Terre elle-même et tout ce qui la peuple. Les survivants de ces guerres et génocides, mis en avant dans le documentaire, sont des gens que l’on a voulu faire disparaître et qui pourtant sont toujours là. Ils doivent aujourd’hui vivre avec ces souvenirs et les stigmates de ces destructions, les affronter au quotidien. Rithy Panh réunit pour ce film des photos et vidéos d’époque des personnes et des lieux irradiés par la guerre. Ces images, seulement accompagnées dans certains cas d’une voix narratrice, parlent d’elles-mêmes.

Voici la bande annonce.


Les affluents

Le mercredi 16 février, le film Les Affluents sort dans les salles de cinéma françaises. Tourné au Cambodge et doté d’un casting presque entièrement khmer, il est le premier long-métrage du réalisateur français Jessé Miceli.

Le film trace le portrait de trois jeunes cambodgiens. Songsa, 15 ans, vit avec sa famille dans la campagne cambodgienne jusqu’au jour où il est envoyé de force à Phnom Penh pour vendre des vêtements sur un tuk tuk. Livré à lui-même la plupart du temps et trop jeune pour assumer les responsabilités qui lui incombent soudainement, il se retrouve rapidement dépassé par la situation. Thy, 20 ans, devient hôte et danseur dans un bar gay de la capitale tenu par un occidental afin de gagner de l’argent et s’acheter la moto dont il rêve. Phearum, 24 ans, est chauffeur de taxi à Phnom Penh pour supporter financièrement sa famille vivant à la campagne. Malgré la pression qui s’exerce sur eux et les choix qu’on leur imposent, chacun d’eux va essayer de trouver sa place dans un nouveau Cambodge en plein bouleversements.

Jessé Miceli a fait des études de cinéma à l’Université Sorbonne-Nouvelle. Il débute sa carrière en tant que producteur puis travaille dans la distribution. Il découvre le Cambodge au début des années 2010 et se passionne pour le pays. Interpelé par ce qu’il voit, il décide de faire un film. Les Affluents est tourné en 2019 sur 19 jours avec un très petit budget et une équipe entièrement composée de cambodgiens. Tous les acteurs sont non professionnels. On peut saluer les magnifiques images ainsi que le travail du label Klapyahandz – ក្លាបយ៉ាហ៊ែន sur la musique qui porte merveilleusement bien le film. Il est présenté pour la première fois au public à L’ACID de Cannes en 2020. Il faudra cependant attendre près de 2 ans pour qu’il sorte en salle.

Le réalisateur a souhaité faire un film témoin de la rapide évolution que connaît Phnom Penh, la capitale du Cambodge, face au reste du pays qui demeure ancré dans ses traditions mais également de la difficulté de la jeunesse, projetée dans une vie radicalement différente de celle de la génération précédente, à s’adapter à ces changements. Il a alors opté pour une approche proche de celle du documentaire, notamment dans sa manière de filmer ses personnages, dans une volonté de réalisme : il montre ce qu’il voit sans concessions.

Une projection du film en présence du réalisateur a été organisée par Local Films le samedi 12 février au Cinéma Saint-André des Arts , en présence des membres de l’association qui ont pu animer un débat.

Voici la bande annonce.


Rencontre avec Davy Chou

Samedi 12 mars, nous avons eu le grand privilège d’accueillir le réalisateur et producteur franco-cambodgien Davy Chou.

Fer de lance de la renaissance du cinéma cambodgien, il est venu, lors d’un déjeuner informel avec les membres de l’ACFK, nous parler ses films, de son parcours, de son rapport au Cambodge, de son travail en tant que réalisateur et aussi en tant que producteur— avec sa société de production Anti Archive qui permet à des réalisateurs khmers émergents de produire leurs films.

En 2010, il part au Cambodge à la recherche des témoins survivants de l’âge d’or du cinéma cambodgien entre 1960 et 1975 (près de 400 films, dont beaucoup ont été détruits ou perdus sous les Khmers rouges). Le documentaire qui résulte de ce travail de mémoire, Le Sommeil d’or (2011), a été sélectionné dans de nombreux festivals de cinéma internationaux.

Son premier long-métrage de fiction, Diamond Island , a reçu le Prix SACD de la Semaine de la Critique, au Festival de Cannes en 2016.

Il a également récemment produit le film White Building (2021) réalisé par son ami et collaborateur Kavich Neang.

Davy Chou est l’auteur d’une œuvre multi-récompensée abordant tour à tour le passé troublé du Cambodge, les mutations socio-économiques du pays, ainsi que l’élan d’une jeunesse tournée vers des lendemains fantasmés.

Sa dernière production en date, Onoda (2021), film réalisé par Arthur Harari (et tourné au Cambodge), s’est vu décernée par l’Académie des César le prix du Meilleur Scénario Original.

Publié le

Rencontre avec Jeanne Truong

Samedi 12 février nous avons eu l’immense plaisir d’accueillir Jeanne Truong, autrice cambodgienne, venue entre autres présenter son roman « Ceux qui sont restés là-bas » (éditions Gallimard) et surtout venue échanger de manière informelle avec les élèves de l’ACFK.

Son livre nous emmène à la fin du régime des Khmers Rouges, en 1978, avec celles et ceux qui sont partis vers la Thaïlande et les camps.

Emprunt de son histoire personnelle et familiale, et de témoignages de personnes étant passées par les camps, ce roman suit un enfant de 7 ans, Narang, qui avec sa mère va vivre l’exode sur les routes, l’arrivée en Thaïlande et les camps de La Croix Rouge.

Cet enfant qui n’a connu que l’existence sous le régime de Pol Pot, vit avec la mort au quotidien, celle de ses proches et de ses compagnons de route mais est fort aussi de l’amour inconditionnel qu’il porte à sa mère qui lui donne endurance, force et courage.

Jeanne Truong donne un regard de l’intérieur sur ce que des milliers de Cambodgiens ont traversé et fait exister la mémoire des rescapés au-delà des silences et des non-dits.

Publié le

“L’Or Blanc”, spectacle et rencontre avec le Cirque Phare

Phare Ponleu Selpak signifie la « Lumière des Arts ». Ses prémices commencent dans un camp de réfugiés proche de la frontière thaïlandaise, dans les années 1980, après le régime des Khmers Rouges.

Plusieurs années plus tard est fondée une école de dessin à Battambang pour la réinsertion des jeunes désœuvrés de la région, et en 1998 une formation en arts du cirque est ouverte.

Aujourd’hui à Battambang, Phare Ponleu Selpak enseigne la danse, le théâtre, la musique, les arts du cirque, les arts plastiques et graphiques tout en dispensant programmes éducatifs et soutien social. Tandis qu’à Siem Reap, Phare le Cirque Cambodgien est devenu une attraction majeure incontournable.

Après une tournée annulée en 2020, le Cirque Phare repasse par la France en cette fin 2021 pour présenter leur dernier spectacle “L’Or Blanc”.

Il neige sur scène, à moins que… non du riz, omniprésent dans le quotidien et l’imaginaire cambodgien.

Élément scénographique de « L’Or Blanc » et matière symbolique pour raconter le parcours initiatique d’un personnage en quête de progression sociale et d’un enrichissement matériel.

Abandonnant sa famille et son environnement aisé pour faire le choix de la pauvreté et comprendre la souffrance, son cheminement va peu à peu lui faire connaître l’abondance ainsi que l’aliénation corrélative, la dépendance à autrui et les conflits. Sa désillusion est grande, mais amorce en lui une réflexion sur son rapport au monde.

Le Cirque cambodgien Phare a donné une représentation de « L’Or blanc » à Choisy-le-Roi le dimanche 28 novembre. L’association est parvenue à organiser une rencontre avec les artistes après le spectacle à laquelle ont pu assister les membres qui étaient présents ainsi que leurs familles. Ce fut un moment privilégié d’échange et de partage.

Publié le

Rencontre avec Nary Ly : athlète, scientifique et auteure

Samedi 06 novembre 2021, l’ACFK a eu l’honneur de recevoir Nary Ly pour une présentation de son parcours ainsi que de son autobiographie.

Nary Ly est une Cambodgienne hors du commun : rescapée du génocide et réfugiée, elle se tourne vers une carrière scientifique. Hors des laboratoires, elle se découvre une passion pour la course. De fil en aiguille, elle réalise des performances étonnantes jusqu’à devenir la 1ère femme à représenter le Cambodge sur l’épreuve du marathon aux Jeux Olympiques de Rio en 2016. À l’issue de la projection d’une video résumant sa vie, Nary Ly échangea avec le public en présence sur les joies et les difficultés qu’elle rencontra lors de son parcours.

Source d’inspiration pour les jeunes et les adultes, Nary Ly est venue nous partager son expérience et ses motivations à se surpasser ! Le Running Khmer Club lui a remis, en cadeau honorifique, un maillot personnalisé à son nom.

Vous pourrez découvrir plus de détails sur sa vie passionnante en lisant son autobiographie :

“Survivor, Scientist, Olympian – The Nary Ly Story” – How a Child of the Killing Fields Ran an Olympic Marathon and Inspired Her Broken Nation.

Le livre existe actuellement en version anglaise et espagnole. Il est disponible en format e-book. Il est également possible de le commander auprès de votre libraire habituel.